T O U R N É E  2 0 2 0

EURE

2 mars: collège de La Barre en Ouche

3 mars: collège de Broglie

4 mars: collège Croix Maitre Renault de Beaumont le Roger

5 mars: Au Théâtre le Piaf à Bernay pour le collège le Hameau

6 mars: Au Théâtre le Piaf à Bernay pour le collège Jeanne d’Arc

+ représentation tout public le soir à 20h

SEINE MARITIME

7 avril: collège Louis Philippe d’Eu (76)

8 avril: collège Rachel Salmona du Tréport

9 avril: collège Rachel Salmona du Tréport

10 avril: collège Le Campigny  de Blanguy sur Bresles

CALVADOS

18 mai : FESTIVAL ADO CDN de Vire (tout public)

19 mai : FESTIVAL ADO CDN de Vire (tout public)

20 mai : FESTIVAL ADO CDN de Vire (tout public)


Création collective orchestrée et écrite par  Simon Falguières

Avec: Louis de Villers, Juliette Didtsch et Maxime Villeléger

Création sonore et programmation numérique: Cédric Carboni

Co-production: Théâtre du Château – scène conventionnée textes et voix de la ville d’Eu- Le Théâtre Le Piaf de Bernay, Le Préau – CDN de Normandie-Vire


VOIR LE DOSSIER DU SPECTACLE


 

Le point de départ de notre histoire est le parcours d’un homme, André Isaac, Pierre Dac de son nom de scène.

Tout nous intéresse dans la vie de Pierre Dac pour en faire un héros dramatique. Depuis sa naissance en Alsace dans une famille juive jusqu’à sa participation à Radio Londres.

Comme tous les jeunes hommes de sa génération, André Isaac commence sa vie adulte par la guerre. Il est enrôlé comme soldat en 1914 et vit le premier, le grand traumatisme de sa vie, la mort de son frère au front.

Une fois la guerre terminée, il commence une carrière d’humoriste et d’éditorialiste satyrique. Il participe à plusieurs émissions de radio et devient l’une des voix les plus célèbres de France. En 1939, la guerre frappe aux portes de l’Europe et Pierre Dac découvre l’exil et la vie de résistance.

Ce parcours de vie rocambolesque est le fil rouge du spectacle. En nous concentrant sur l’histoire familiale bousculée par les événements historiques, la figure de Pierre Dac devient celle d’un jeune homme frappé par la guerre, par le déracinement et par l’oppression.

Un jeune homme qui rêve d’art et d’humour pour s’en sortir. Une histoire universelle et intemporelle. Une histoire poétique qui se défait du cours historique pour faire apparaître, sur notre petite scène sans artifices, des figures de fantômes, d’amoureuse, de soldats, de parents, tantôt à Paris, tantôt à Londres, sur un bateau reliant le Portugal à l’Angleterre ou dans les limbes.

En une heure de temps, nous voyageons sur une quarantaine d’années et des milliers de kilomètres. Comme une Madame Loyal, bougonne, la figure de La Mort, présence immuable, nous accompagne, tout en orchestrant les grands mouvements de l’Histoire.